A- A A+
vendredi 25 mai 2018

logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Auberge Place d'Armes

Bandeau 400 LH MR 600x80 F

memoires vives

Jacques Lacoursière, lauréat 2007 du prix Gérard-Morisset

 

par Gilles Durand


L’historien Jacques Lacoursière a l’insigne honneur d’être en 2007 le 15e récipiendaire du prix Gérard-Morisset, la plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec pour une contribution exceptionnelle à la mise en valeur du patrimoine des Québécois.


Le chercheur

Lacoursière
Crédit : Les éditions du Septentrion

Pour Jacques Lacoursière, c’est le couronnement d’une carrière de plus de 40 ans consacrée à démontrer à ses compatriotes que leur histoire est belle, aussi belle, intéressante et captivante que celle d’autres nations. L’historien ne ménage pas son temps pour s’abreuver aux connaissances historiques continuellement mises à jour par ses contemporains (publications et thèses déposées), et pour en acquérir de nouvelles. Avec assiduité et minutie, il fréquente et analyse les témoignages d’époque : journaux; sources originales publiées tels les observations et relations de missionnaires et voyageurs, la correspondance officielle, les mémoires et rapports d’administrateurs et d’hommes politiques; affiches, pamphlets, documents iconographiques tels des portraits, peintures, aquarelles, dessins, photographies de la vie quotidienne; cartes géographiques; objets ménagers et vêtements de la vie de tous les jours; œuvres d’artisans et d’artistes tels des sculptures, etc. Par ce travail fouillé et par cette observation attentive, il peut donner autant de place à la vie économique, sociale et culturelle qu’à la vie politique. Il peut recréer chez le lecteur l’atmosphère du passé selon une technique bien à lui : utiliser la trame chronologique pour présenter les grands événements comme ceux de moindre envergure, de même que les acteurs de ces événements, des plus illustres aux plus humbles, en laissant autant que possible la parole aux témoins – par la citation d’extraits de sources –.


L’écrivain et le diffuseur

Jacques Lacoursière est un écrivain et un diffuseur. Il écrit et raconte l’histoire des Québécois en faisant appel à tous les genres et à tous les médias. En 1968, il utilise le genre manuel scolaire pour publier une Histoire du Canada et du Québec 1534-1968, en collaboration avec Jean Provencher et Denis Vaugeois; l’ouvrage, accompagné de commentaires, précisions, explications, définitions et références, remporte beaucoup de succès en librairie; jusqu’en 2001, il connaît de nouvelles éditions qui l’enrichissent en tenant compte de la production historienne des dernières années. De 1962 à 1973, Jacques Lacoursière se laisse tenter, avec Denis Vaugeois et quelques autres historiens, par le journalisme d’un type particulier, le journal historique; coiffé du titre Boréal Express, la publication présente les événements du passé à l’aide de manchettes de journaux, d’annonces, etc. De 1979 à 1982, l’historien adopte la formule du fascicule mis en vente sur une base hebdomadaire – 144 au total –; en collaboration avec Hélène-Andrée Bizier, il livre périodiquement à ses compatriotes, sous le titre Nos racines, des bribes, toujours plus captivantes les unes que les autres, de leur passé. À compter de la fin des années 1960, il participe également, comme recherchiste, rédacteur et animateur, à des émissions radiophoniques et télévisuelles, tels J’ai souvenir encore et Épopée en Amérique : une histoire populaire du Québec.

 

 

Des ouvrages de maturité


Les connaissances acquises au cours de toutes ces années et la pratique continue du métier d’historien permettent à Jacques Lacoursière de livrer entre 1995 et 1997 un ouvrage monumental en quatre tomes, Histoire populaire du Québec, dans une manière bien à lui, c’est-à-dire en reliant les grands événements politiques d’hier à la vie de tous les jours. Cette publication est suivie en 2002 par une grande synthèse parue sous le titre Une histoire du Québec racontée par Jacques Lacoursière. L’historien n’est pas de nature à s’arrêter. Loin de là, il poursuit à l’heure actuelle son Histoire populaire du Québec : la période 1960-1971 est presque terminée, il espère bien s’attaquer sous peu à la période 1972-1982.

 

 

De nombreuses reconnaissances bien méritées


Qui n’a pas déjà consulté les ouvrages de l’historien, pour une date, un événement, une précision, une définition, le contenu d’un document historique, pour acquérir des connaissances nouvelles sur son passé ou bien encore pour meubler ses loisirs. Nulle surprise que les talents de Jacques Lacoursière ont été reconnus à plusieurs reprises. Comme historien bien au fait des questions qu’il traite et comme écrivain au langage précis et soigné, il reçoit en 1996 le prix Pierre-Berton de la Société d’histoire nationale du Canada, en 2002 la Médaille de l’Académie des lettres du Québec et en cette année 2007, le Prix Adagio du Salon du livre de Trois-Rivières et celui des Bouquinistes du Saint-Laurent. Comme gardien et passeur de la mémoire collective, il est décoré en 2002 de l’Ordre national du Québec, en 2003 de l’Ordre national du Mérite de la République française et en 2006 de l’Ordre du Canada et de l’Académie des Grands Québécois; tout récemment encore, il se voit attribuer pour l’ensemble de son œuvre le prix culturel « Samuel de Champlain » par la section canadienne de l’association France-Amériques, l’Institut France-Canada.

Pour en savoir davantage sur le récipiendaire, consulter le site Internet des Prix du Québec.

champlain vague