logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3

Réseau d'Archives des francophonies nord-américaines

 

Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Direction générale des archives (DGA)

Campus de l'Université Laval
Pavillon Louis-Jacques-Casault
1055, avenue du Séminaire
Case postale 10450, succursale Sainte-Foy
Québec (Québec) G1V 4N1

Téléphone : (418) 643-8904
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site web : www.banq.qc.ca

Personne-ressource : Hélène Cadieux

 

Historique

Née en 2006, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) est le fruit de la fusion de deux institutions nationales : la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) et les Archives nationales du Québec (ANQ). Ce court texte présente la Direction générale des archives de BAnQ.

En 1920, les Archives de la province de Québec voient le jour avec la nomination de Pierre-Georges Roy à titre d'archiviste du gouvernement. L'institution relève alors du Secrétariat de la province et veille tout particulièrement à la conservation des archives du Régime français. En 1961, le ministère des Affaires culturelles, qui vient d'être créé, se charge du développement des Archives du Québec. À compter de 1970, les Archives du Québec portent le nom d'Archives nationales du Québec. Cette institution reçoit alors, par voie législative, le pouvoir de décider de la conservation ou de l'élimination des documents gouvernementaux.

En 1971, le Québec amorce la régionalisation des ANQ avec l'ouverture du Centre d'archives de Montréal. De 1975 à 1981, des centres d'archives régionaux voient le jour à Trois-Rivières, à Hull (aujourd'hui Gatineau), à Chicoutimi (aujourd'hui Saguenay), à Rouyn-Noranda, à Sherbrooke, à Rimouski et à Sept-Îles1.

1983 est une année charnière pour l'archivistique québécoise avec l'adoption de la Loi sur les archives. Quelques années plus tard, en 1989, les ANQ se dotent d'une politique sur les archives privées puis, l'année suivante, d'un règlement permettant d'accorder à des services d'archives privées le statut de service agréé. En 2011, on dénombre 34 services d'archives privées agréés constitués en réseau .

En mai 2004, le gouvernement du Québec annonce la fusion de la BNQ et des ANQ. Au mois de décembre suivant, il adopte le projet de loi no 69 modifiant la Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec, la Loi sur les archives et d'autres dispositions législatives. Cette loi prévoit la création d'une nouvelle institution, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), vouée à l'acquisition, à la conservation et à la diffusion du patrimoine documentaire publié, archivistique et filmique québécois.

Présentation générale des fonds et collections


La Nouvelle-France
Au 31 mars 2010, BAnQ conservait plus de 59 kilomètres linéaires d'archives publiques et privées. Parmi ces millions de documents, nombreux sont ceux qui témoignent du développement du fait français, essentiellement au Québec mais également dans l'ensemble de l'Amérique du Nord, et ce, depuis l'arrivée des premiers colons français, au XVIIe siècle. Mentionnons :

  • les ordonnances et les instructions émanant des gouverneurs et des intendants;
  • les registres et cahiers d'intendance et les actes de foi et hommage (rendus par les seigneurs) ainsi que les aveux et dénombrements (des censitaires) réalisés par les seigneurs, qui permettent d'identifier les propriétaires de seigneuries et les détenteurs de lots, de même que l'état de mise en valeur de la colonie;
  • les procès-verbaux du grand voyer en matière de construction et d'entretien des chemins, des ponts et des clôtures;
  • les procès-verbaux des arpenteurs, qui permettent de connaître l'identité des propriétaires de terres, la localisation des uns par rapport aux autres, les superficies, etc.

 

Les archives des tribunaux remontent au milieu du XVIIe siècle et forment un ensemble d'une profondeur historique et d'une continuité remarquables. Produites par des tribunaux répartis dans toutes les régions du Québec, ces archives sont conservées près de leur lieu de création, dans les centres d'archives de BAnQ rattachés à leur région d'origine.


La base de données Pistard (http://pistard.banq.qc.ca/unite_chercheurs/recherche_simple) permet de consulter des descriptions plus détaillées de cette riche collection, de même que plusieurs milliers de documents du Régime français qui ont été numérisés et qui peuvent être consultés en ligne.
Les actes des notaires sont riches en renseignements de toute sorte sur nos ancêtres : mentionnons notamment les inventaires après décès et les contrats d'engagement. La section « Collection numérique » : qu'on trouve sur le portail Web de BAnQ (http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/notaires/index.html) permet de consulter en ligne les répertoires des notaires ainsi que plusieurs greffes. On procède régulièrement à des ajouts à la collection numérique des archives des notaires des origines à 1929.


Les registres d'état civil du Québec des origines à 1909 font également l'objet de travaux de numérisation et la collection numérique (http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/notaires/index.html) est alimentée à un rythme constant.


Le Canada français hors Québec
Plusieurs ministères et organismes gouvernementaux québécois ont conçu des programmes s'adressant aux communautés francophones hors Québec ou en collaboration avec ces dernières. Pensons à la documentation du Secrétariat à la politique linguistique (E233) ou du Conseil supérieur de la langue française (E96), qui couvre la fin du XXe siècle.


BAnQ conserve également les archives de nombreux individus et organismes qui ont eu des relations régulières avec des organismes de la francophonie hors Québec. Des hommes politiques comme Gil Rémillard (P642), qui a été ministre des Affaires intergouvernementales, et Pierre de Bellefeuille (P253), ancien adjoint parlementaire au sein de ce ministère, en sont des exemples.


Le fonds de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (P82)  fait état de plus d'un siècle d'activité (1857-1985) alors que les fonds de l'Association Lacordaire du Canada (P345) et de Jeune Canada (CLG21) couvrent le milieu du XXe siècle. Autres exemples : les fonds Écrivains francophones d'Amériques (P876), Cercle des femmes canadiennes de Québec (P915) et Entente Québec-Ontario (P217).

 

__________

(1) Les coordonnées des neuf centres d'archives de la Direction générale des archives de BAnQ sont disponibles à l'adresse suivante.

<-- Sommaire...

champlain vague