logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Faites-nous part de vos propositions de commémoration et de lieux de mémoire

Colloque 1918-1919 : Défis et enjeux de l'après-guerre au Québec

Les textes marquants des relations franco-québécoises (1961-2011) : une publication qui mérite d’être consultée à l’approche du congrès commun du Réseau Québec-France et de la Fédération France-Québec/francophonie, qui se tiendra à Québec du 5 au 8 octobre 2018

Par Gilles Durand

À l’approche du congrès commun des associations Réseau Québec-France et Fédération France-Québec/francophonie, qui se tiendra à Québec du 5 au 8 octobre 2018, nous aimerions attirer l’attention de nos lecteurs sur une publication Les textes marquants des relations franco-québécoises (1961-2011). Cet ouvrage, publié en 2011 aux Éditions MultiMondes, souligne la nécessité de garder contact avec les fondements de la relation franco-québécoise et le besoin incontournable de multiplier les rencontres de part et d’autre de l’Atlantique avec le pays d’en face. Il permet également, entre autres, de mieux saisir en quoi consiste la complémentarité entre les associations mentionnées ci-dessus et deux organismes qui partagent leurs objectifs, l’Office franco-québécois pour la jeunesse (organisme collaborateur à l’organisation du congrès) et la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC).

D’emblée, trois extraits de cet ouvrage peuvent être mentionnés au passage. Celui de Georges Poirier, directeur de la revue France Québec mag :

Le réseau de France-Québec et de Québec-France n’a guère d’équivalent. C’est un plus incontestable, humain et citoyen, qui donne sens à l’amitié et à la solidarité franco-québécoises. … Plus on se connaît, plus il est facile de communiquer, d’échanger, de faire des affaires. … Car le succès de la relation franco-québécoise se nourrit et d’une volonté politique au sommet et d’un engagement populaire sur le terrain (tiré de « Un pont entre deux peuples : les associations France-Québec et Québec-France prennent le relais », Les textes marquants, p. 119).

De son côté, le coprésident québécois de la CFQLMC d’alors, André Dorval, n’hésite pas à souligner l’appui inconditionnel des deux associations à son organisme :

Si le réseau de la CFQLMC s’appuie de façon importante sur les milieux professionnels, disciplinaires, institutionnels et associatifs, il profite en particulier de la collaboration des associations Québec-France et France-Québec qui constituent des partenaires essentiels dans l’axe franco-québécois.

Qu’il s’agisse de susciter ou de collaborer à des activités de commémoration, de diffusion, ou à l’organisation de colloques, ces partenaires ont toujours été au rendez-vous ( tiré d’« Un engagement en faveur de la mémoire », Les textes marquants, p. 127, également publié en 2008 dans Le Devoir et accessible sur le site de la CFQLMC.

Le congrès commun soulignera aussi le 50e anniversaire de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ). Alors pourquoi ne pas consulter le texte du fondateur et premier secrétaire général québécois de cet organisme, également ministre et maire de Québec, Jean-Paul L’Allier. Ce dernier, qui fut aux premières heures de l’Office, pouvait écrire en 2011 :

Nous voulions un outil de développement pour et par les jeunes. C’est ce qui a été fait, et c’est ce qu’est encore aujourd’hui l’OFQJ, plus de 40 ans plus tard. Sa qualité et sa pertinence, au fil des ans, en ont fait aussi un des fleurons de la vraie coopération d’égal à égal, entre la France et le Québec (tiré de « Les jeunes au cœur de la relation franco-québécoise : l’ OFQJ » dans Les textes marquants, p. 112).

 

Voir Les textes marquants des relations franco-québécoises (1961-2011), Éditions MultiMondes, 2011, de même que Le Devoir, 27-28 septembre 2008, Cahier H France-Québec, p. H-5)

Pour le programme du 20e congrès commun et le formulaire d’inscription

champlain vague