A- A A+
mercredi 2 décembre 2020

logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Faites-nous part de vos propositions de commémoration et de lieux de mémoire

Exposition Louis Hébert et Marie Rollet présentée à la Faculté de pharmacie de l'Université de Lille, jusqu'à l'automne 2019

Cérémonie 80e anniversaire de l'appel du général de Gaulle
aux Canadiens français - 1er août 2020

PRÉSENTATION DU MESSAGE SONORE ORIGINAL DE DE GAULLE

Roger Barrette

Permettez-moi, en quelques mots, de mettre en contexte la bande sonore que nous allons entendre.

Le général de Gaulle n'est pas simplement un militaire talentueux. C'est un érudit. Un peu comme Obélix, le jeune de Gaulle est tombé dans la potion historique en bas âge. Doté d'une mémoire phénoménale, il connaît l'histoire mondiale sur le bout de ses doigts.

Portez attention au choix de ses mots. Vous remarquerez qu'il dit: « La France appelle votre secours parce qu'elle vous connaît ». Eh bien oui, De Gaulle connaît, dans le détail, l'histoire du Canada français.

En 1940, de Gaulle rompt avec le gouvernement français parce qu'il veut ramener la France dans le camp des vainqueurs. Arrivé seul à Londres le 17 juin, il veut mobiliser les forces vives de tous ceux qui s'identifient à la France. Après des négociations entre la BBC et Radio-Canada de Gaulle peut parler aux Canadiens français le jeudi 1er août. Il enregistre son message durant la journée à Londres et la BBC le transmet à la CBC.

Au Québec, ce fut une belle journée avec 22 degrés au mercure. Durant cette agréable soirée d'été, les Québécois jouent aux cartes ou écoutent Radio-Canada. À 10h du soir, imaginez l'étonnement des centaines de milliers de Canadiens français qui sont à l'écoute. Ils entendent un général français les appeler au secours. Celui-ci s'adresse directement à eux, Canadiens français. Pas aux Canadiens en général, non, aux Canadiens français !

Le lendemain, 2 août, tous les journaux du Québec répandent la nouvelle en publiant, généralement en première page, le message du général. Mais, pour de Gaulle, ce 2 août est une bien triste journée: Pétain vient de le faire condamner à mort.

Le général de Gaulle n'est pas du type à jeter une bouteille à la mer et à ne plus s'en préoccuper. À preuve, quinze jours plus tard, précisément le 15 août 1940, de Gaulle écrit au docteur Vignal à Montréal: « Je vous demanderais de me dire si on entend les émissions de Londres, comment on les apprécie et, en particulier, si le discours du 1er août, transmis à 22 h aux Canadiens français a été satisfaisant. »   De Gaulle fait le suivi.

Heureusement, son appel à l'aide n'est pas tombé dans l'oreille de sourds. Des milliers de Québécois se sont mobilisés dans les Comités de la France libre.

L'un de mes amis français m'écrivait récemment: « De Gaulle est la voix de l'honneur, le chemin de l'espérance. Il ne faut pas oublier tout ce que nous lui devons ». En écoutant le message qu'il a adressé à nos parents, en 1940, vous verrez qu'il parle de reconquête de l'honneur et d'espoir. Il nous en reparlera également lors de ses trois voyages au Québec, en 1944, 1960 et 1967.

champlain vague