A- A A+
mercredi 12 août 2020

logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Faites-nous part de vos propositions de commémoration et de lieux de mémoire

Exposition Louis Hébert et Marie Rollet présentée à la Faculté de pharmacie de l'Université de Lille, jusqu'à l'automne 2019

memoires vives

Le Journal du Centre pour l’étude du pays des Illinois aborde
la question de la violence et de l’esclavage

 

Dans sa livraison du printemps 2007 (vol. 23, no 2), le Journal du Centre pour l’étude du pays des Illinois aborde la question de la violence dans la vallée du Mississippi. L’article est préparé par l’historienne française Cécile Vidal. L’auteur étudie le sujet en analysant le comportement des Blancs entre eux et à l’égard des esclaves noirs. Elle appuie ses observations sur l’étude d’environ 250 cas de poursuites criminelles et civiles tirés principalement de deux grands ensembles, les archives du Conseil supérieur de la Louisiane et la collection des « Manuscrits de Kaskaskia », composée de 2287 documents notariés et de 586 pièces judiciaires. Elle présente deux des difficultés rencontrées : 1) les lacunes dans les sources utilisées, lacunes qui s’appliquent d’ailleurs à l’ensemble des documents ayant trait à l’histoire de la vallée du Mississippi, 2) de même que ce que nous appelons les règlements hors cour, qui ne laissent pas de traces dans les archives judiciaires. Tout au long de son étude, elle effectue des comparaisons avec la situation dans la société française et dans la société coloniale de la vallée du Saint-Laurent.

Père Marquette et Joliet descendant le Mississippi
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada, no d’acc 1990-553S
L’auteure en arrive à la conclusion que la société de la vallée du Mississippi est une société esclavagiste plutôt qu’une société marquée par la présence d’esclaves comme dans la vallée du Saint-Laurent. C’est précisément ce qui explique un degré de violence plus élevé dans la « Grande Louisiane » qu’au Québec ou en France. L’auteure reconnaît que, dans son article, elle n’aborde pas la question de l’esclavage des Amérindiens. Elle ajoute que, si elle le faisait, elle pourrait fort probablement conclure que la violence exercée par les Blancs à l’égard des Amérindiens du Mississippi n’est pas inférieure à la violence du vieux continent, mais qu’elle en est plutôt le reflet, l’Europe ayant été marquée par des guerres répétées, telle celle de Trente Ans.

La même livraison du Journal renferme une réplique de l’historien américain Carl Ekberg. Celui-ci considère que le degré de violence n’est pas le même dans toute la vallée du Mississippi, le Pays des Illinois se distinguant de la Basse Louisiane par de meilleures relations entre les individus et les populations en présence. Le même auteur traite d’ailleurs des sources pour l’étude du Pays des Illinois dans le présent numéro du bulletin.

Gilles Duran
champlain vague