A- A A+
jeudi 1 décembre 2022

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

Un article de Marcel Fournier publié dans la Revue française de généalogie

Revue française de généalogieLe numéro d’août-septembre 2022 de la Revue française de généalogie (no. 261, pp. 50-51) présente un article de notre collègue Marcel Fournier, généalogiste bien connu de Longueuil, intitulé « Deux faux-sauniers de France exilés au Canada ».

M. Fournier, qui prépare un ouvrage sur le sujet à paraître sous peu, recense 825 faux-sauniers, contrebandiers, braconniers et dépointeurs qui ont été déportés en Nouvelle-France auXVIIIe siècle.

Ces proscrits, une fois au Nouveau-Monde, étaient relativement libres. C’est ainsi que 128 d’entre eux se sont mariés au pays entre 1731 et 1758 et ont exercé divers métiers.

Dans son article, M. Fournier cite l’exemple des frères Jean et Pierre Capelet, originaires du village de Larchamp, en Pays de Loire, qui arrivent à Québec le 16 août 1734.  Pierre s’engage dans les troupes de la Marine et se marie  en 1740 à Montmagny avec Marie-Catherine Lefebvre dit Boulanger. Le couple déménage chez leur fille à Saint-Eustache où Pierre décèdera le 8 février 1795. Ils laissent une descendance qui porte aujourd’hui le nom de Denis.

Jean Capelet est engagé dans une famille de Trois-Rivières et épouse en 1735 Marie-Josèphe-Rose Carré dit Laroche à Saint-François-du-Lac et y décède en 1760. Ses descendants, nombreux en Montérégie, ont conservé le patronyme de leur aïeul, orthographié Caplette.

champlain vague